Les fées de Cottingley

par Alexandre 19 Décembre 2005, 19:07 Mirabilia

Les fées de Cottingley

Pour inaugurer les Mirabilia, je vous livre cette histoire fantastique et merveilleuse des fées de Cottingley. Histoire sensationnelle et imposture dont les événements ont dépassé les protagonistes.

En 1917, deux « innocentes » jeune filles, Elsie Wright (16 ans) et Frances Griffiths (10 ans) ont montré des photos, prises à Cottingley, de fées et de gnomes avec lesquelles elles avaient l’habitude de jouer !

Les faits sont connus : en juillet 1917, Frances rentrant trempée après être tombée à l’eau en jouant dans le Cottingley Glen et sûre de se faire disputer, invente comme excuse que c'est de la faute des fées avec lesquelles elle jouait. Sa mère la punit en la consignant dans la chambre qu’elle partage avec sa cousine Elsie. Les deux filles, décident alors de faire des photos pour prouver leurs dires et empruntent l’appareil photo à plaques du père d’Elsie, Arthur Wright, qui accepte, pensant ainsi désamorcer cette histoire dans laquelle les filles s’entêtent. Il charge l’appareil avec une plaque en verre, règle l’ouverture à 1/50 et la confie aux filles qui partent vers l’étang.

À leur retour, leur père développe la plaque, et demande ce que sont ces « bouts de papier », lorsque les filles prétendent qu’il s’agit des fées, il les fait taire (il connaît les talents artistiques de sa fille Elsie, qui va au Bradford Art College depuis l’âge de 13 ans et qui dessine des fées depuis un petit moment), et après la deuxième photographie montrant un gnome, il leur interdit d’emprunter sa caméra à nouveau. Même les mères des filles pourtant s’intéressant de près à la spiritualité (notamment à la théosophie, à la mode à l’époque), écartent l’histoire. Sujet apparemment clos.

La première photographie (1917), prise par Elsie Wright et montrant Frances Griffiths en compagnie des fameuses fées

La première photographie (1917), prise par Elsie Wright et montrant Frances Griffiths en compagnie des fameuses fées

La deuxième photographie (1917), prise cette fois par Frances Griffiths et montrant Elsie Wright avec un gnome ailé

La deuxième photographie (1917), prise cette fois par Frances Griffiths et montrant Elsie Wright avec un gnome ailé

En 1919, la mère d’Elsie, Polly Wright, assiste avec une amie à une conférence de la Société de Théosophie, dont le sujet porte sur la vie des fées. Elle lui parle des photos et est entendue par Edward Gardner, un chef de file de la théosophie, qui demande à les voir.


Lorsqu’il les reçoit, Gardner les confie tout d’abord à Fred Barlow, une autorité en matière de photographies « psychiques », qui les juge authentiques, et ensuite à Harold Snelling, un expert en photographie, mais aussi un ami versé dans les mêmes courants spiritualistes, qui rend son verdict :

These two negatives are entirely genuine unfaked photographs of single exposure, open-air work, show movement in all the fairy figures, and there is no trace whatever of studio work involving card or paper models, dark backgrounds, painted figures, etc. In my opinion, they are both straight untouched pictures.

Gardner demande aussi à Snelling de retoucher les photographies et de refaire des tirages « plus nets » sans les altérer mécaniquement. À la décharge de ceux qui crurent à l’authenticité des photographies, les originaux (contrairement aux tirages de Snelling, qui sont ceux à avoir été diffusés) étaient beaucoup moins clairs :

 

 

Les fées de Cottingley
 

Une contre-expertise est toutefois demandée aux laboratoires Kodak, qui tout en garantissant qu’il n’y a pas eu de double exposition et aucune preuve de contrefaçon, n’accordent pas de certificat d’authenticité.

Gardner est désormais convaincu de la véracité des photographies, et les considère comme une preuve des légendes qui courent depuis des siècles sur le peuple des fées. Il va rencontrer les filles à Cottingley, leur amenant une nouvelle caméra et leur demande de prendre de nouvelles photographies. Il a aussi une discussion avec Arthur Wright, qui apparemment, commence à douter, même s’il aimerait bien recevoir un paiement pour la future publication des photos, prévue par Gardner. Celui-ci refuse, affirmant que si les clichés sont authentiques, il ne faudrait pas les « souiller » par des considérations aussi bassement matérielles !

Les filles font trois nouvelles prises, qui sont elles aussi publiées dans le magazine Strand sous le titre « An Epoch Making Event - Fairies Photographed » et qui connaît un succès immédiat et déclenche une polémique qui va durer une soixantaine d’années…

 

La troisième photographie (1920) : Frances et la fée sautillante, photographie prise par Elsie Wright

La troisième photographie (1920) : Frances et la fée sautillante, photographie prise par Elsie Wright

La quatrième photographie (1920) : une fée offrant un petit bouquet de campanules à Elsie Wright, par Frances Griffiths

La quatrième photographie (1920) : une fée offrant un petit bouquet de campanules à Elsie Wright, par Frances Griffiths

La cinquième et dernière photographie (1920), par Frances et Elsie : les fées et leur bain de soleil

La cinquième et dernière photographie (1920), par Frances et Elsie : les fées et leur bain de soleil

L’affaire des fées de Cottingley va aussi trouver son plus ardent défenseur et partisan en la personne de sir Arthur Conan Doyle lui-même.

Conan Doyle est déjà un spiritualiste et théosophiste convaincu et prosélyte. Il fait des conférences sur le sujet depuis des années, et l’on peut dire qu’il saute sur l’occasion fournie par ces « preuves ». Il contribue depuis longtemps au magazine Strand (ainsi que H.G. Wells, Rudyard Kipling, etc.) et c’est ainsi qu’il découvre les filles et les photos.

When one considers that these are the first photographs which these children ever took in their lives it is impossible to conceive that they are capable of technical manipulation which would deceive experts

Extrait de Psychic Photographs, article publié par Conan Doyle dans le Yorkshire Weekly Post, le 8 octobre 1921

 
Doyle et Gardner emmènent un medium à Cottingley, Geoffrey Hodson, pour confirmer les dires des filles qui prétendent que les fées ne se montrent qu’à elles. Il débarque avec des caméras et tout un attirail « psychique ». Les résultats dépassent les espérances de tout le monde : Hodson affirme voir les fées et bien plus encore ! Hélas, il ne réussira pas a prendre de photo… Des années après, Frances et Elsie admettront s’être énormément amusées avec ce medium qui affirmait voir tout ce qu’elles voulaient bien lui décrire, et qui même en rajoutait. On peut imaginer qu’elles s’en sont donné à cœur joie !
 

La polémique continue à faire rage, au grand détriment de la réputation de Conan Doyle, mais les fées de Cottingley ont tout de même leurs adeptes et croyants, et pas seulement dans les rangs de la Théosophie. Les filles quand à elles, continuent à ne pas démordre de leur version.

En 1945 et en 1966, Gardner publie deux livres sur l’affaire, toujours démontrant son point de vue en faveur de la version « authentique ». A chaque fois, les fées reviennent sur le devant de la scène, avec ses partisans et détracteurs. Après plusieurs interviews et sollicitations de Frances et Elsie (notamment par James Randi – celui qui offrait 10,000 $ pour tout phénomène parapsychique ou magique constaté dans des conditions contrôlées – en 1978), elles restent, au mieux, évasives.

En 1986 finalement, alors âgées de 75 et 81 ans, elles avouent dans un article du Times, que les fées n’étaient que des découpages d’un livre Princess Mary's Gift Book (1914) qu’elles avaient piqués dans l’herbe.

Néanmoins, par la suite, Frances affirmera qu’elle avait réellement vu les fées, et qu’au moins une des photos était authentique.

 

 

En 1997, deux films ont été réalisés sur cette histoire :

  • Fairy Tale: A True Story (avec Peter O'Toole et Harvey Keitel)
  • Photographing Fairies (avec Ben Kingsley)

 

 

 

 

Que sont-ils devenus après cette histoire ?

 

Sir Arthur Conan Doyle a beaucoup pâti de cette affaire, il y a perdu beaucoup de sa crédibilité, et son image de brillant écrivain a été, dans l’opinion publique, souvent remplacée par celle d’un vieux fou sénile. Il mourut à 71 ans, en 1930, toujours persuadé de l’existence des fées.

 

 

Elsie Wright, qui a été l’artisan des photographies, a très vite été dépassée par les évènements, et à tout fait, à l’âge adulte pour fuir les « fées de Cottingley ». Elle émigra deux fois pour échapper aux médias, sans grand succès. Ce n’est que quelques années avant sa mort qu’elle confessa la vérité, en regrettant amèrement toute cette expérience…

 

Certains affirment que la photo où les fées dansent devant Frances Griffiths a été la plus reproduite au monde. Frances a joué avec les médias toute sa vie, et même à l’heure de la confession, alors une vieille femme, elle a continué à entretenir l’ambiguïté en affirmant a posteriori que les photos n’étaient truquées que parce qu’elles n’avaient pas réussi à prendre en photo les vraies fées.

 

Geoffrey Hodson fait un peu office de dindon de la farce dans cette affaire. Vrai crédule ou opportuniste ? Personne ne peut l’affirmer. En tout cas, il fut le seul de la bande de Gardner à être toujours en vie lors de la confession des filles.
Ce sur quoi, il a conservé un bruyant silence...

 

 

La caméra avec laquelle les premières photos furent prises, la Butcher Midg No1, a aussi fait couler de l’encre. D'après les laboratoires Kodak, les photos examinées n’auraient pas pu être prises par ce type de caméra. Était-ce à cause des modifications de Snelling ou est-ce un nouveau mystère ? Quoiqu’il en soit, elle est maintenant exposée au National Photography Museum à Bradford.

 

 

 

commentaires

Haylae 06/02/2017 02:51

Quel q'un peut me dire si les fées existe! S'il vous plait??!!

sylvie 16/08/2015 11:56

trop belle histoire.... mais au moins deux photos paraissent fausses effectivement....

Sébastien 24/01/2013 16:23

Bien que j'ai l'intime conviction de l'existence des fées, dès que j'ai vu ces photos dans un documentaire diffusé sur Arte en 1997 j'ai de suite vu que quelque chose clochait.
Croire, oui, mais pas à tout prix !
Voici une photo récente que j'estime, à mon humble avis, plus crédible surtout de par le discours de ce scientifique qui ne cherche pas à prouver à tout prix mais à s'interroger sur les rapports
entre l'homme et la nature.
http://vivrelibre.blogvie.com/2008/05/17/la-petite-fee-du-marronnier/

lauryne.r 10/12/2010 23:32


je suis a lecole henri-foret tu est venu a mon ecole.bye et je suis en 3 anner


lauryne.r 10/12/2010 23:29


je suis centente que tu a cré se site isabelle


alberus 26/01/2009 01:42

j'adore ce site, je le trouve vraiment excellent!
Grace à vous, en plus, j'ai retrouvé Jean Rossignol que j'avais totalement perdu et que pourtant j'avais mis en favori!!!Je ne comprends pas ce qui c'est passé, mais heureusement j'ai retrouvé cette histoire très étrange.
Encore merci.

elfée 31/12/2008 13:39

coucou, moi je suis sure que France avait raison , elle ne mentait pas quand elle disait quelle avait truquer les photos car elle n'arrivait pas à prendre les vrai en photos !!!!!car moi je crois au fées anges elfes et personne ne pourra me faire changer d'avis!!!!!!!!
bisoux: un jeune fille de 12 ans qui ne grandira jamais!!!!!!

Sara 09/07/2008 16:14

Votre texte est très réusis mais ce n'est pas de sa que je vient vous parler j'ai crue a cette plaisantrie mais même si la planète n'y croie plu moi je croit.J'ai trouver la réponse et je croiyais ces fillettes même avant de naître et j'y croit encore.Je n'ai que 11 ans vous aller dire que je suis dingue mais peut-t'être que ces vous qui n'est pas assez croiyant...

D'une fille qui sait là vériter!

veuillez me contactez que par courriel s.v.p.

sandra 17/04/2008 06:10

j'ai longtemps cru a cette histoire et je trouvais ca magique , quand jai lu la vérité j'étais décu bien sur mais surtout jme suis trouvé dupe . la prochaine fois qu on essait de me faire avaler un truc pareil j'me laisserai pas convaincre aussi facilement . au fait ta photo je vois pas ce que ca pourrait etre a part les éclats du soleil dans ta lentille ... bel essai !!!

Syl 15/12/2007 07:13

Nous savons ce que représente les anges gardiens, nous protéger et nous guider et nous aider .... Mais à part nous ravir magnifiquement les yeux, que sont supposées faire ces sublimes petites créatures enchantées ?

krysik 07/12/2007 20:48

salut tou le monde c kelkun ki ma di dalé sur se site il é super

Marie 01/01/2007 04:07

Bonjour Avez-vous entendu parler de LOUIS ROSSIGNOL ? Il parait qu'il a vu des fées, sa soeur raconte sa surprenante histoire dans un site, je vous mets le lien ci-dessous .
Etonnant aussi l'épisode de la carte postale envoyée du mexique après sa disparition . Voici le site : http://membres.lycos.fr/lejournaldesfees/pages/p2rossignol.html
Quant à moi cet été j'ai pris deux étranges photos, où l'on aperçoit des espèces de losanges lumineux flottant au dessus de l'eau, ça ressemblerait à des fées ou à des petits anges, photos prises par temps ensoleillé .
C'est peut-être un effet de lumière, que sais-je, mais je préfère penser que ce sont des jolies fées . Je vous mets ci-dessous une des photos en question .
Ces photos ne sont absolument pas truquées, ceux que s'y connaissent peuvent le vérifier . Meilleurs voeux à tous pour la nouvelle année !

 

Renaud 20/10/2006 00:55

Fascinant, je crois que le mot est juste, il est cependant triste de se dire qu'il ne s'agit que d'une farce. Après tout, en gardant son coeur d'enfant, on peut conserver l'espoir qu'une fée se promène non loin d'ici...

Marie 22/06/2006 09:40

Bonjour, je trouve ce site génial, et j'aimerai avoir d'autres informations sur ces histoires vraies de fée merci de m'envoyer un mail, je suis très admirative
Merci
Marie

minipouce 14/01/2006 12:30

superbe!!!!je suis une passionnée des fées mais je dois dire que cette histoire laisse perplexeje fait des recherches sur ce sujet et merci de ce billet que tu as partagéa bientot

Florence 14/01/2006 11:04

Une bien belle histoire =D

Safran 09/01/2006 19:53

Après réflexion, je suis bien d'accord. C'était juste l'enthousiasme et l'amusement de me dire que face au tout rationnel de certains, il y en avait d'autres qui croyaient mordicus aux fées. Ceci dit, c'est pathétique, il est vrai.

Fabrice 07/01/2006 14:14

Je trouve cela plutôt pathétique.

Il ne faut pas confondre faire semblant de croire & croire réellement.

Dans le permier cas, on joue avec son imagination, on se plait à imaginer des Si... Le deuxième signifie que l'on n'est capable que de coller au réel & incapable d'apprécier le charme de ce qui n'existe pas, d'une idée. C'est au contraire la défaite de l'imagination.

C'est tout la différence entre le talent de Tolkien & l'imbécilité de Gardner.

Safran 07/01/2006 13:25

J'avais vaguement entendu parler de cette histoire qui est vraiment très intéressante. Je trouve très joli ce besoin de croire que les fées existent !
Il y a dans la bande-dessinée de Loisel (Peter Pan) l'idée que du moment qu'il y a des personnes pour croire aux personnages fantastiques, ils ne sont pas menacés de disparition. Néanmoins, l'île enchantée se dépeuple, la place au rêve est strictement délimitée, la frontière avec la réalité est impossible à frauder.

kim prisu 03/01/2006 13:34

Bonjour et bonne année 2006, j´ai fais une belle promenade parmi les mots et les images.

Haut de page