La Femme (IIème partie)

par Alexandre 8 Janvier 2005, 00:00 Ab Absurdo

« Emanciper let femmes, c'est les corrompre. »

(Honoré DE BALZAC, La Femme de trente ans, 1831.)

« Être épouse et mère de famille, tel doit être le rôle de la femme. Ce rôle est assez noble et beau et doit remplir toute son existence ; la femme ne doit donc pas envier l'homme parce qu'il est électeur et chercher à descendre dans l'arène politique où elle risque de perdre sa grâce et son charme ; la vanité de posséder un diplôme s'acquiert souvent au prix du bonheur que lui aurait donné la famille, et transforme la femme en un être sans sexe et par là inutile. »

(Dictionnaire médical à l'usage des familles, 1890.)

« La femme n'a besoin d'aucun exercice ni jeu. Son activité physique est suffisante pour elle, quel que soit son genre de vie ; du reste, tout exercice chez elle peut devenir dangereux même, parce que son corps (organes et squelette) n'est pas fait pour fournir une grande dépense musculaire ou un effet de force, et l'exercice amènera forcément la souffrance dans les organes. »

(Dr A. NARODETZKI, La Médecine végétale, 1910.)

« Tandis que l'homme devient un être humain par l'affirmation de lui-même, la femme le devient en renonçant à elle-même. »

(Guida DIEHL, La Femme allemande et le national-socialisme, Eisenach, 1932.)

« Une femme qui voterait les lois, discuterait le budget, administrerait les deniers publics, ne pourrait être autre chose qu'un homme. »

(Charles NODIER, L'Europe littéraire, mars 1832.)

« Naturellement, et par une de ces lois providentielles où le droit et le fait se confondent, le droit de suffrage n'appartient pas aux femmes. La Providence a voué les femmes à l'existence domestique. »

(François GUIZOT, cité in La Démocratie pacifique, 10 janvier 1847.)

« Il est malheureusement trop vrai qu'aujourd'hui, grâce surtout à l'éducation malthusienne et à l'infécondité, nous avons des femmes qui ne sont plus des femmes: ce sont des êtres hybrides. [...]
Avec ces êtres, il faut procéder autrement qu'avec les femmes ordinaires. Les caresses sont inutiles, c'est peine perdue, elles n'ont plus de coeur. Il faut procéder par voie d'autorité, par voie de force. Elles se croient des hommes, il faut leur prouver péremptoirement qu'au moins physiquement elles ne sont que des femmes. Elles sont fières ; il faut les humilier. Elles veulent être absolument maîtresses de leurs faveurs ; il faut s'attacher à les prendre, surtout quand elles ne voudraient pas les accorder. Elles ne veulent pas enfanter ; il faut les féconder sans trêve ni repos. Et c'est ainsi que ces êtres redeviendront de véritables femmes, avec le coeur, la tendresse, la sensibilité, l'amour, même avec cette beauté féminine aux formes arrondies qu'elles n'avaient plus.
Voilà le programme : l'exécution en est-elle difficile ? Je ne le crois pas. »

(J. DU VALDOR, Les Signes de la fin d'un monde, 1893.)

« La femme a été peu ou mal étudiée. Nous avons des monographies complètes sur le ver à soie, sur les hannetons et sur les chats, et nous n'en avons pas sur la femme. »

(P. MANTEOAZZA, Physiologie de la femme, 1911.)

« Une femme ne doit pas écrire. Croyez-moi, ne faites pas de livres, faites des enfants. »

(Auguste DE KERATRY, cité in George Sand, Histoire de ma vie, 1854.)

 

commentaires

Béatrice 02/02/2005 15:52

le pire... et de très loin, est quand meme Valdor......

ASSEZ 02/02/2005 07:26

« Une femme qui voterait les lois, discuterait le budget, administrerait les deniers publics, ne pourrait être autre chose qu’un homme. »
(Charles NODIER, L’Europe littéraire, mars 1832.)
Il est bien Nodier....Class le gars !
Trop drôles tous ces extraits , chapeau à l'équipe!
C.TA.C

My 08/01/2005 13:40

Quelle belle bibliothèque ! et tu as tout ça chez toi ?Bon, mon préféré, Charles Nodier... imagine un face à face avec notre Ministre de la Défense ;)

PhotoFarfouille 08/01/2005 01:13

Aarrrgh ... ptdr ... vas-y, fais la partie trois, trouve encore pire si c'est possible, c'est génial ...
MAIS après, la partie "homme", je suis certaine que tu peux trouver  ;-)

Haut de page