Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Index

undefined
Petite Bibliothèque
de Curiosités


Index

Recherche

{épigraphe}





 
16 juin 2005 4 16 /06 /juin /2005 00:00

L'usage d'être touché de commisération , de former des vœux , de saluer ceux qui éternuent est très ancien ; Eustachius nous apprend que les Grecs le faisaient ; & Pétrone assure que Githon éternua un jour si violemment, qu'il faisait remuer son lit : Eumolpe attendri, recommanda qu'on le saluât, qu'on fit des vœux au Ciel pour son pauvre Githon.

Siffridus nous dit que cette coutume s'introduisit à Rome par une peste, qui se manifestait à l'aine par un bubon , qui était d'une nature si maligne & si cruelle qu'on mourait au moment qu'on y pensait le moins, soit à table, au jeu ou faisant la conversation, & que c'était par l'éternuement, que cette maladie donnait la mort. Il était bien, naturel & bien humain d'invoquer les Dieux dans ce temps-là, lorsque quelqu'un éternuait ; & c'est de là qu'on dit encore aujourd'hui , que Dieu vous bénisse, lorsqu'on éternue.

Il est  des maladies dont le caractère & le symptôme le plus meurtrier paraît être l'éternuement ; il est rapporté dans les Ephémérides d'Allemagne, que le fils d'un Conseiller éternua plus de six mille fois dans l'espace de quelques jours ; qu'étant attaqué d'une fièvre maligne vermineuse, il commença à éternuer le quatrième jour, & à éprouver à chaque instant, des mouvements spasmodiques au nez : ce petit corps fut secoué pendant dix jours de suite,  par ce violent éternuement, & la mort termina au dixième cette maladie comme elle avait commencée.

  •  in Anecdotes de Médecine, imprimé à Lille chez J. B. Henry, imprimeur-libraire sur la grand'Place en 1766 avec Approbation & Privilège du Roi. (Anecdotes CCXXXVI, page 250-251)
    L'orthographe a été partiellement traduite en langue moderne.

Partager cet article

Published by Jean-Yves - dans Res Orbis
commenter cet article

commentaires

LeChocoboDoré 22/10/2005 15:52

Super inteessant ce blog ! vraiment sympa !

yann 16/06/2005 20:51

Intéressant.
De mon côté j’essaye de trouver l’origine des insultes de notre langue ou d’en trouver d’originales. Si tu veux participer à mon blog fais-moi signe.
Insultes.over-blog.com.

Au Hasard...

  • L'obsédée de l'écriture
    Pour l'âme, il n'existe ni cachot, ni prison qui la retiennent, car seuls l'emprisonnent ceux qu'elle s'invente elle-même. Sor Juana Inés de la Cruz Imaginez... Nous sommes en Nouvelle-Espagne, c'est-à-dire au Mexique, au milieu du 17e siècle, sous l'administration...
  • Histoire des ordres et clubs insolites I
    Ordres, coteries, sociétés, clubs... Ils évoquent des salles lambrissées, où de vieux messieurs fument le cigare dans la quiétude d'un cercle privé. L'accès restreint est synonyme de tranquillité et de la communauté d'intérêts ou de rangs qui les unissent...
  • Des aléas d’une langue vernaculaire
    Je lisais récemment l’ouvrage de Anne-Marie Thiesse sur l’histoire de la construction des identités nationales en Europe, et m’interrogeais notamment sur le principe politique de « une langue, une nation ». Une évidence, nous semble-t-il aujourd’hui,...
  • La ponctuation de l’Amour
    Notre système d’écriture est-il trop limité ? Depuis l’invention de l’alphabet, tous les mots s’écrivent avec 26 lettres et les textes s’articulent au moyen des signes qui le ponctue : point, virgule… Cependant, beaucoup estiment que cet attirail millénaire...
  • Fondation
    C’est décidé, la plus grande œuvre de sauvegarde des arts et savoirs de l’humanité doit être lancée. Son nom : La Fondation. Son objectif ? Elaborer une encyclopédie – que dis-je, l’Encyclopédie galactique – d’un empire voué à sombrer dans la décadence....