L'eau

par Béatrice 22 Avril 2005, 23:00 Sapientia

Quoi de plus naturel et de plus simple que l'eau ? L'eau nous est à la fois quotidienne et vitale : nous devons boire 1,5L à 2L d'eau par jour. Nous sommes nous-mêmes constitués essentiellement d'eau. Elle est très présente sur notre petite planète bleue, dans les océans, les rivières, les lacs, la pluie, les glaces des pôles ou la vapeur des nuages …

Sa formule chimique est l'une des plus simples H2O, deux atomes d'hydrogène H pour un atome d'oxygène O. Elle se transforme en glace en dessous de 0°C et en vapeur au dessus de 100°C à la pression atmosphérique. Et pourtant, du point de vue du physicien quoi de plus compliqué que l'eau ?

Certaines de ses propriétés physiques sont connues et pourtant déjà étranges et d'autres ne sont pas encore entièrement comprises et l'eau fait l'objet encore à l'heure actuelle  de nombreuses recherches…C'est l'un des rares corps qui se dilate lorsqu'il se solidifie (vous pouvez faire l'expérience vous-même dans votre cuisine transformée pour l'occasion en laboratoire : placez une bouteille plastique  remplie entièrement d'eau au congélateur …la bouteille ne résistera pas car l'eau solide occupe un volume plus important que l'eau liquide). La glace est moins dense que l'eau : c'est pour cela que le glaçon flotte dans votre verre…

On observe parfois dans le domaine de la météo par exemple, le phénomène de surfusion : l'eau qui reste liquide parfois jusque –39°C ! Il existe plusieurs formes de glace (à l'heure actuelle 12 types d'empilement moléculaire différent sont connus, dépendant de la température ou de la pression)…

Ce n'est pas tout, elle a fait également l'objet de nombreuses élucubrations :

A la fin des années 50, deux chercheurs russes ont fait part au monde entier une nouvelle sorte d'eau, visqueuse, obtenue en faisant passer de la vapeur dans des capillaires ( minuscules tuyaux de verre, larges de quelques microns). L'eau  visqueuse, baptisée pour l'occasion « eau polymérisée » ou polywater, est 15 fois plus dense que de l'eau, gèle à – 40°C et bout à 150° !  Des colloques mondiaux y  ont été consacrés.. jusqu'en 1973 où les mêmes russes démontrèrent que cette fameuse polywater ne serait qu'un mélange d'eau et de particules de silice, matière première du verre, arrachées aux parois des capillaires !!

Le 30 juin 1988, la revue scientifique Nature publie un article co-signé par 13 chercheurs au sujet de la « mémoire de l'eau ». Ils ont mesuré l'effet d'une substance allergène sur des cultures de cellules. Ces substances ont été diluées maintes fois, de telle sorte qu'à la fin, le tube à essai ne contient plus de substance active mais de l'eau pure (même principe que l'homéopathie) . Et cette eau continuerait à provoquer des allergies ! Tout se passerait comme si ces substances actives avaient laissé une emprunte, une mémoire dans l'eau.. Plus tard, un test effectué en ‘aveugle' sous la haute surveillance d'une commission d'enquête démontrera  que les résultats sont illusoires, non reproductibles, probablement accidentels. Bref, il s'agissait d'une erreur…

L'eau n'a pas révélé encore tous ses mystères. Pensez-y donc lorsque vous buvez votre verre d'eau minérale ou bien lorsque vous prenez une simple douche…

  • Voir aussi pollution de l'eau en France
  • a lire : je pense donc je me trompe de J-P Lentin

commentaires

lolo 09/05/2006 20:46

j suis en 2nd et je dois reproduire le phenomene de surfuision et j cé pa comment faire si tu as un protocole experimental explique le
 
 
 
 
 

Béatrice 02/05/2005 13:22

Donc en faisant appel à ce fameux rasoir d'Ockham ou Occam(http://fr.wikipedia.org/wiki/Rasoir_d'Occam
"Selon le principe laïque, une hypothèse est reçue vraie si elle est la plus simple explication disponible de l'évidence. ").

L'hypothèse la plus simple ici, compatible avec les évidences des observations rigoureusement contrôlées: c'est que l'eau n'a pas de mémoire ;)

Fabrice 02/05/2005 12:30

Et comme on dit en physique, avant de jeter la mécanique quantique, penser à vérifier les plombs, une façon humoristique de paraphraser le principe du rasoir d'Ockham.

Béatrice 02/05/2005 11:45

Nature, comme beaucoup de journaux dans lesquels les scientifiques publient, soumet certainement les articles à une commission d'"experts" qui sont censés donner leur aval ou au contraire leur veto.
Nature a donc fait une grossière erreur en ne vérifiant pas de manière plus approfondie les dires des auteurs comme Benveniste sur un sujet aussi sensible et mettant en jeu les sommes considérables que les firmes mettent dans des produits homéopatiques. (ce qui, au passage peut jeter un léger doute sur tous les autres articles de Nature... sont-ils rigoureusement vérifiés?)
Nature s'est donc reposé sur la bonne foi de Benveniste ( certainement par gain de temps, d'argent...)
La question qui se pose alors est jsutement la bonne foi d'un scientifique qui ne s'auto-contrôle pas lui-même... quand vous faites une telle découverte, au lieu de courrir l'ébruiter dans les magasines les plus en vue de la profession, vous vérifiez, contre-vérifiez et au besoin faites contre-vérifier par des collègues. Il est donc regrettable que ca soit Nature qui ait fait appel à une commission d'enquête 'neutre'. Commission qui a démontré clairement sans l'ombre d'un doute que ces travaux étaient non reproductibles. Ce qui signifie en science, que ces travaux en l'état ne valent pas grand chose....

ess 02/05/2005 04:20

Je cherche pas du tout à sauver Benvéniste, loin de là. Mais si ma mémoire est bonne, cet article avait été accepté pour publication sous réserve que leurs auteurs acceptent de réiterer l'expérience sous l'oeil d'experts neutres. Or sachant la portée d'une telle expériecence (il était prévisible que cet énorme sccop allait apporter bien de l'eau au moulin de tous ceux qui cherchent des explications en marge de la science), Nature aurait sans doute pu être dès le départ plus circonspecte. C'est, entre beaucoup d'autres, son rôle. D'ailleurs, Nature avait évidemment ensuite fait son mea culpa...

Fabrice 01/05/2005 18:36

Si Nature a fait une erreur, c'est que l'article était foireux. Or Benveniste en était l'auteur donc Benveniste était foireux. Il me semble difficile dans cette affaire de condamner Nature & de sauver Benvéniste.

ess 01/05/2005 15:57

Davantage qu'une erreur - car je pense au contraire que Benvéniste, jusque là brillant, était de bonne foi, au moins au départ - la mémoire de l'eau est surtout l'histoire d'un ratage formidable de NATURE, qui dans sa course au scoop, a publié une étude sans la vérifier AU PREALABLE. Et lorsqu'elle fut contre-vérifiée, le mal était fait et l'étude était récupérée par les ésotériques de tout poil, sans parler de Boiron etc...

Fabrice 28/04/2005 08:51

Non, effectivement. Une erreur, c'est ce qui se commet de bonne foi. Le terme bidonnage serait plus adéquat.

michéle 28/04/2005 07:37

L'eau, c'est la vie !!!!!!!
Quand je ne bois pas assez d'eau, mon corps sait me le dire ......mais encore faut-il écouter son corps.....
J'ai lu des écrits sur la mémoire de l'eau et je ne pense pas qu'il faut classer cette étude comme erreur....en totalité

Haut de page