Voyages avec les géographes d'Orbæ

par Jean-Yves 16 Avril 2005, 22:00 Libris

Explorateurs en herbe ? Candidats au voyage ? François Place vous propose le plus palpitant des périples à travers 26 destinations et 26 cartes pour vous guider.

Cet Atlas des géographes d'Orbæ est né d'une curiosité pour les cartes anciennes et la littérature de voyage. Du pays des Amazones jusqu'au pays des Zizotls, François Place vous raconte, de A à Z, vingt-six pays imaginaires illustrés par des cartes merveilleusement imprécises, belles comme des enluminures,  produisant une troublante nostalgie d'un monde, aux frontières du fantastique. La cartographie est le lieu de tous les récits : nommer un lieu, quel qu'il soit dans le monde, c'est avant tout se raconter une histoire.

Les illustrations sont à l'échelle de la miniature persane. Aussi deviendrez-vous les Gullivers étonnés et ravis de ces mondes lilliputiens. Vous pourrez certes mettre un nom de notre mappemonde sur chacune des contrées parcourues, mais très vite des détails insolites vous jetteront un doute : ce qui vous donnera l'attrait de l'incertain à votre découverte soudain troublée. Chaque exploration a son point de départ plausible, son héros, sa quête que les rencontres infléchiront vers un inconnu qui surprendra votre imagination, même riche de lectures de toute sorte. Mais cet inconnu gardera toujours la force du réel : François Place a simplement inventé des aberrations parfaitement véridiques. Il n'a pas créé un monde fermé, fini. Le pays de la Mandragore est sur la route du pays de Jade mais certains endroits peuvent se situer n'importe où. Vous serez libre de vous promener à votre guise, dans l'ordre qui vous plaira. Quand vous visitez un pays, vous n'en faites jamais le tour. Heureusement, il reste toujours quelque chose à découvrir. Vous pouvez toujours y revenir avec la certitude d'y faire de nouvelles découvertes. Eh bien, pour cet atlas, c'est pareil !

Vous trouverez toutes sortes de mots dans ces récits, certains nous emmèneront vraiment « loin », comme ceux qui parlent de la politesse des pieds, ceux qui désignent le si beau et si étrange douroucouli mélancolique. Vous y apprendrez aussi que la bienséance dans les auberges du pays des Lotus préconise que l'on ne vide pas son verre d'un trait, par respect pour le Roi des Eaux ; ou encore que les lueurs vertes des tours de veille dans les montagnes de la Mandragore sont le moyen pour les guerriers inhumés de protéger leur territoire. Les détails insolites des coutumes de chaque peuple sont ainsi mentionnés dans des lexiques méticuleusement annotés et illustrés par l'auteur. Forêts, lacs, rivières, plantes et animaux sont dépeints avec un réalisme étonnant avec les habits, les mœurs, les coutumes, les croyances et les religions de leurs habitants.

Adultes, adolescents et enfants, vous êtes cordialement invités à ces voyages.

« Orbæ est une île, une couronne posée sur la mer, vaste comme un royaume. Des falaises blanches, rectilignes, infranchissables. Un seul accès, une seule ville, un seul port, ouvert aux seuls vaisseaux étrangers. Des terres intérieures immenses qui n'ont pas encore délivré leur secret. Un anneau de brouillard, infranchissable sans l'aide de la guilde des Aveugles, tourne entre les Terres Intérieures et la couronne des falaises. Ce sont les Fleuves de Brume, qui se gonflent et s'affaissent du lever au coucher du soleil : le souffle d'Orbæ visible, paraît-il, de très loin sur la mer, les marins superstitieux parlent de son "haleine". » (page 94, tome II)

  • Du pays des Amazones aux îles Indigo. Atlas des géographes d'Orbæ, Casterman / Gallimard, 1996, ISBN : 2203142448
  • Du pays de Jade à l'île Quinookta. Atlas des géographes d'Orbæ, Casterman / Gallimard, 1998, ISBN : 2203142642
  • De la rivière rouge au pays des Zizotls. Atlas des géographes d'Orbæ, Casterman / Gallimard, 2000, ISBN : 2203142790

commentaires

La Juvéniste 19/04/2005 01:43

Merci Jean-Yves pour cette présentation des oeuvres de François Place, l'un des plus extraordinaires illustrateurs pour la jeunesse (et pour les "plus grands", bien sûr!). Un peu dans la même veine que ses Atlas, il faut absolument lire son album - mon préféré - en forme de carnet de voyage: les derniers géants. Bien qu'il semble droit sorti du "drawing room" d'un voyageur anglais du XIXe siècle, l'album propose une réflexion toute d'actualité. Mais j'imagine que vous le connaissez déjà.
Toujours heureuse de vous lire et de découvrir lors de mes visites chez Castalie des articles intéressants, bien écrits, bien présentés. Merci!

Haut de page