Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Index

undefined
Petite Bibliothèque
de Curiosités


Index

Recherche

{épigraphe}





 
22 mars 2005 2 22 /03 /mars /2005 00:00

Ebéniste, professeur au lycée de Lyon, la personnalité attachante de Philippe Dechenaux a tôt fait de nous entraîner dans le monde fascinant de la marqueterie contemporaine, qu'il a appris à maîtriser bien avant sa sortie, en 1999, de l'Ecole Boulle. C'est plonger dans un univers riche de textures, de senteurs, de formes, avec pour unique limite celle de son imagination, repoussée sans cesse.

La marqueterie a toujours été un métier associé au luxe, parce qu'elle réunissait les matériaux les plus nobles : ivoires, bois, nacres, pierres précieuses et semi-précieuses… Depuis plus de 2000 ans, les Egyptiens, les Romains, Venise, Byzance ont fait le commerce de pièces en marqueterie jusqu'aux confins du monde connu.

Trop souvent, nous avons la seule mémoire des meubles de style XVIIe, pansus, baroques, peut-être trop richement décorés, qui se prélassent dans les pièces des châteaux en France. Le reste est oublié ou méconnu.

Mais c'est un art vivant, qui n'a pas fini d'évoluer. La tabletterie, une branche de la discipline, désigne la création de surfaces recouvertes en marqueterie, directement appliquées sur un objet pour sa décoration (boite, tableau, paravent…) Récemment, un émir a eu la douce folie d'acquérir un avion de ligne privé et aurait fait appel au savoir-faire d'un artisan français pour en recouvrir l'intérieur de marqueterie précieuse…

Dans l'atelier, tout projet ou commande commence par la conception et le dessin de plans. Mobilier (bureau, salon, cuisine, chambre…), tabletterie (boites, tableaux, créations contemporaines…), marqueterie d'art, il n'y a pas d'idées inconcevables qui tiennent. Un jour, il m'a proposé d'habiller entièrement l'unité centrale de mon ordinateur !

En plus du compas et de la règle traditionnels, le savoir-faire acquis au fil des années le conduisent à employer de nouveaux outils : de nombreuses photos fournies ou prises pour une reconstitution de la scène, une bibliothèque numérique d'essences de bois créée sur-mesure, des palettes de toutes les couleurs à appliquer directement sur les modèles.

Comme dans l'infographie professionnelle, son ordinateur lui restitue une image en 3D du projet, à tel point qu'on le croirait présent : les tiroirs et les portes s'ouvrent d'un seul clic ; la maquette tourne dans tous les sens pour révéler ses multiples faces ; et, s'agissant de mobilier, la pièce à créer est mise en scène dans l'environnement reconstitué d'après les photos, si bien que résultat final apparaît par magie ! « Bluffant », disent les clients.

Dans sa recherche artistique, les matériaux les plus inattendus apparaissent : outre le bois - bien sûr -, les pierres, les métaux (l'aluminium, le cuivre, l'étain, le zinc...), et le cuir même. Les techniques de la marqueterie sont appliquées au plexiglas et déclinées en riches gammes de couleurs. Elles forment les règles d'un nouveau jeu avec la transparence pour des créations originales. On ne pourra qu'admirer la qualité du travail artistique sur un paravent en tryptique : TRIEAU. Une table basse-aquarium (AQUATABLE), est un ouvrage de commande aussi beau dans l'obscurité qu'en plein jour.

Du cabinet d'architectes à l'apprenti décorateur, de l'entreprise au particulier, je n'ai jamais vu Philippe faire la moindre discrimination dans ses clients. Chaque projet est unique. Un seul souci : faire partager sa passion pour un art vivant, qui croît vers toujours plus de noblesse.

Partager cet article

Published by Jonathan - dans Res Orbis
commenter cet article

commentaires

clarinette 27/07/2006 10:15

Bonjour je suis Boulliste ainsi que mon mari,ce dernier ayant été dans la classe de Philippe...A tous de suite...Encore un prof!!!

Jean Yves ALT 24/03/2005 09:02

Suis-je bête! Avec mon père, il faudra que je lui en parle car il ne verra pas l'écran. Décidemment, je fais un blocage avec sa perte de vision. En fait c'est très curieux, mais quand c'est de la très belle marqueterie, il dit :
"Je ne sens rien,c'est doux sur toute la surface, rien n'accroche... donc c'est un excellent travail..."
...que malheureusement il perçoit très, très peu...
Dommage pour lui, les oeuvres en marqueterie, on peut rarement les toucher...

Jean Yves ALT 24/03/2005 08:07

Il faudra que je montre cet article à mon père, un jour qu'il viendra à la maison, lui qui dans sa jeunesse (il a 80 ans)a fait de la marqueterie traditionnelle et qui est toujours très sensible aux assemblages fins et précis qu'il juge maintenant plus au toucher - par une caresse délicate - puisqu'il ne voit presque plus.
De mon côté, je suis toujours très ému de découvrir cette technique et ce travail dans une optique contemporaine.
Superbe et touchant.

Au Hasard...

  • L'obsédée de l'écriture
    Pour l'âme, il n'existe ni cachot, ni prison qui la retiennent, car seuls l'emprisonnent ceux qu'elle s'invente elle-même. Sor Juana Inés de la Cruz Imaginez... Nous sommes en Nouvelle-Espagne, c'est-à-dire au Mexique, au milieu du 17e siècle, sous l'administration...
  • Histoire des ordres et clubs insolites I
    Ordres, coteries, sociétés, clubs... Ils évoquent des salles lambrissées, où de vieux messieurs fument le cigare dans la quiétude d'un cercle privé. L'accès restreint est synonyme de tranquillité et de la communauté d'intérêts ou de rangs qui les unissent...
  • Des aléas d’une langue vernaculaire
    Je lisais récemment l’ouvrage de Anne-Marie Thiesse sur l’histoire de la construction des identités nationales en Europe, et m’interrogeais notamment sur le principe politique de « une langue, une nation ». Une évidence, nous semble-t-il aujourd’hui,...
  • La ponctuation de l’Amour
    Notre système d’écriture est-il trop limité ? Depuis l’invention de l’alphabet, tous les mots s’écrivent avec 26 lettres et les textes s’articulent au moyen des signes qui le ponctue : point, virgule… Cependant, beaucoup estiment que cet attirail millénaire...
  • Fondation
    C’est décidé, la plus grande œuvre de sauvegarde des arts et savoirs de l’humanité doit être lancée. Son nom : La Fondation. Son objectif ? Elaborer une encyclopédie – que dis-je, l’Encyclopédie galactique – d’un empire voué à sombrer dans la décadence....