Archives des anges

par Alexandre 27 Février 2005, 23:00 Libris

Tout le monde connaît les anges. Mais les connaît-on vraiment bien ?

Je ne parle pas des chérubins potelés avec de petites ailes dans le dos, chers à certaines représentations classiques. Les Chérubins pour ne parler que d'eux, constituent le gros des milices célestes, ce sont des guerriers avec des épées de feu… pas des tendres, en somme.

Avec ses « archives », Alix de Saint-André nous livre un état de l'art de l'angélologie, la science des anges. Au travers des trois Livres tout d'abord : la Torah, le Nouveau Testament (ou Nouvelle Alliance si l'on voulait être plus fidèle à la lettre) et le Coran, hélas bien pauvres en références claires sur nos personnages. Elle explore ensuite les textes apocryphes et surtout les trois traditions, quant à elles quasi-intarissables sur le sujet. Les anges ont toujours eu la cote en dehors du canon, au grand dam de l'Eglise qui s'est efforcée de réfréner ces tendances confinant à l'idolâtrie, voire à l'hérésie… et l'on sait bien que les plus séduisants des anges ne sont pas forcément les plus recommandables !

« La traite des anges est une affaire qui roule. Partout des manuels pratiques prétendent livrer le nom de celui qu'il convient d'invoquer contre le mildiou ou le rhume des foins ; d'autres la formule magique pour activer son ange gardien pendant un entretien d'embauche ou sur la route quand le brouillard s'épaissit. D'après ces catalogues, les anges réuniraient les qualités du téléphone portable, du paratonnerre individuel, de l'animal domestique et de la fée Clochette. Pourquoi s'en priver ? Arrêtez le Prozac, adoptez donc un ange, et même plusieurs : pas de danger qu'ils pissent sur la moquette ! Vivez enfin une spiritualité sans risque grâce à ces célestes gadgets livrés juste à point pour calmer l'angoisse métaphysique de l'an 2000… Coucou les gogos ! »

Passant rapidement sur les attrape-nigauds que l'on pouvait craindre en lisant le titre du livre, perdu dans les rayonnages des librairies entre les innombrables ouvrages sur les anges gardiens et autres mysticismes new age, Alix de Saint-André épluche la Tradition, et rapporte les faits, la moindre description, et la plupart des allusions sur lesquelles elle a pu mettre la main. Comme elle le dit si bien, dans cet ouvrage rien n'est inventé. Ou alors tout.

L'on découvre tout d'abord une foule de faits étonnants et souvent amusants sur les anges. L'on apprend les détails de la lutte avec l'ange qui se finit en coup de genou dans les parties, comment ils arrivent a passer inaperçus lors de missions « incognito »,  les dessous de l'affaire de la Chute, etc. L'on parcourt les fonctions des anges et les méthodes qu'ils utilisent et comment ils s'y prennent pour réaliser tous ces miracles qui ont fait leur célébrité, et l'on découvre qu'ils ne font pas office que de messagers : ils exercent un nombre impressionnant de métiers célestes. Et quel plaisir de découvrir tout ça de la plume de l'inépuisable docteur d'Aquin, des poètes musulmans ou de malicieux  rabbins vénérables.

« Dès la maternité, l'ange opère au bloc de chirurgie esthétique. En effet, avant sa naissance, dit le Talmud, l'homme est un pur esprit et sait tout ; mais au moment où il voit le jour, un ange lui met le doigt sur la bouche et il oublie la Torah. La petite rigole que nous avons entre le nez et la bouche est la trace du doigt que l'ange posa sur notre lèvre de nourrisson pour que nous taisions les secrets divins – et qui nous les fit oublier… »

Nous apprenons également à mieux connaître nos amis les anges. Et sous des apparences parfois bizarres. Outre les Séraphins, les Chérubins et les Archanges, l'ont croisera aussi les Trônes, les Puissances, les Vertus, les Vivants, etc. Tous très différents et bien loin des l'imagerie traditionnelle. Que dire de ces anges couverts de langues et de poils bouclés ? De ceux qui arborent fièrement 602 ailes ? De ceux en forme de roues de feu constellé de myriades d'yeux ? De ceux à quatre faces : une d'homme,  une de taureau, une d'aigle et une de lion ?

« Avec deux ailes, les séraphins se couvrent la face, parce qu'ils sont en présence de Dieu ; avec deux ailes, ils se couvrent les pieds, euphémisme classique désignant le sexe (décidément!) ; avec deux ailes ils volent. On rencontre souvent ces anges hexaptères sous les coupoles des églises orthodoxes. En Grèce, ils ressemblent aux merveilles, ces beignets tout entortillés ; en Russie, ils ont l'allure d'étoiles ébouriffées. »

Alix de Saint-André prouve avec brio que l'érudition peut parfaitement se marier avec l'humour.

 

  • Alix de Saint-André, Archives des anges, Nil éditions

commentaires

PhotoFarfouille 07/03/2005 00:40

C'est tout à fait le genre de bouquin que j'aime lire, décidément, aujourd'hui, Castalie me fait faire des frais, j'ai déjà "La fille du professeur" sur ma liste. Mais bon, je ne viens pas tous les jours non plus. Merci pour cette présentation vraiment très agréable d'un bouquin qui va me plaire.

Morpheus 01/03/2005 22:13

J'avoue avoir eu peur au début en voyant le titre... Mais quelle délectation !! Le prochain ce sera celui-là ! Merci

Jean Yves ALT 01/03/2005 07:52

Alix de Saint-André, que je connais uniquement comme animatrice impertinente, drôle et imaginative pour la télévision, est visiblement en plus "iconoclaste" avec ce traité d'angelologie. Cela doit changer du "traité" qu’un couturier célèbre a aussi écrit.
Alexandre, d’après ton article et les extraits que tu donnes, on doit sourire voire rire franchement, tout en s'instruisant puisque l’auteur(e) interroge les textes hébreu, arabe et latin.
Par ton article, Alexandre tu décernes à Alix de Saint-André une auréole d'or pour ses commentaires sur la vie cachée des anges. Bravo.

Haut de page