Energies antiques

par Béatrice 14 Décembre 2005, 08:55 Sapientia

Charlie Chaplin, Les Temps Modernes (1936)

Charlie Chaplin, Les Temps Modernes (1936)

A l’heure où l’on s’intéresse aux problèmes d’environnement à travers cette conférence « d’après Kyoto » à  Montréal, on parle beaucoup des nouvelles énergies ou énergies alternatives…

Mais qu’est ce que l’énergie? Scientifiquement, il existe plusieurs formes d’énergies. L’énergie est utilisée sous forme de travail ou de chaleur. Mais elle peut  être stockée sous différentes formes : par exemple sous forme d’énergie chimique dans une pile, elle sera ensuite convertie en énergie électrique afin de produire le mouvement  d’un moteur, une partie de l’énergie étant perdue sous forme de chaleur…

 

 

Le travail dans le langage courant est ce qui nous pousse à nous lever tous les matins et nous jeter dehors par ce froid inhumain afin de gagner durement notre pain quotidien. Le  mot « travail » viendrait d’ailleurs du latin « tripalium », instrument de torture romain …  à méditer lorsque nous grommelons notre joie en poussant  la porte de notre bureau au petit matin.

 

 

 

Mais les scientifiques lui ont donné une signification particulière : le travail est lié à la notion de mouvement, et à l’action d’une force pour effectuer ce mouvement.  Ce qui découle d’une application intéressante :  la machine à vapeur… La première machine à vapeur fut inventée 100 ans avant notre ère par Heron  d’Alexandrie.  Il la nomma eolipile. Il chauffait de l’eau dans une sphère qui pouvait tourner autour d’un axe, la vapeur d’eau sortait par des tubes creux reliés à la sphère qui alors se mettait à tourner.  La chaleur avait engendré le mouvement. Malheureusement, il n’avait pas trouvé d’application pratique !

Lampe à éopile, Prieuré Saint-Martin-des-Champs (source : Wikimedia)

Lampe à éopile, Prieuré Saint-Martin-des-Champs (source : Wikimedia)

Ce genre de machine fut  réinventé vers 1690 par un français, Denis Papin…  Le principe est simple : on faisait chauffer de l’eau dans un récipient fermé d’un piston, la pression de la vapeur d’eau finissait par soulever le piston. Ce piston était relié à des roues dentées qui relayaient le mouvement. Peu de temps après fut créée sa première application pratique : le bateau à vapeur, prélude à la révolution industrielle. Au fond,  le principe est le même que celui de la cocotte minute dont Denis Papin inventa l’ancêtre : le cuiseur à pression.

Machine élévatoire à vapeur de Denis Papin (reconstitution), musée des Arts et Métiers (CNAM), Paris (© RMN-Grand Palais/Agence Bulloz)

Machine élévatoire à vapeur de Denis Papin (reconstitution), musée des Arts et Métiers (CNAM), Paris (© RMN-Grand Palais/Agence Bulloz)

Depuis, les moteurs ont  marché grâce à l’énergie  issue de la biomasse : le charbon puis le pétrole issus de la croissance des végétaux. Mais cela se révèle cher, polluant et le stock mondial est limité..

On a commencé à développer des énergies dites nouvelles ou renouvelables et qui sont en réalité très anciennes et utilisées depuis l’antiquité : l’énergie hydraulique et éolienne. Mais elles sont difficiles à mettre en place et ne couvrent qu’environ 15% de nos besoins nationaux.

 

​​​​​​​

On s’intéresse également à exploiter une énergie encore plus ancienne et largement prodiguée : l’énergie solaire.

 

Cette énergie est la source de toutes les énergies : c’est elle qui permet la photosynthèse qui permet la production du bois, c’est sa chaleur qui provoque le cycle de l’eau et du vent. Elle a d’ailleurs été exploitée très tôt : avant notre ère, elle servait à allumer la flamme olympique ou à incendier la flotte ennemie à l’aide d’un jeu de miroirs.

 

Mais il faudrait couvrir la moitié des toits de France de cellules photovoltaïques, qui convertissent l’énergie solaire en énergie électrique,  pour couvrir  nos besoins nationaux en électricité. De plus, nous avons plus besoin d’électricité la nuit et l’hiver, c’est à dire lorsque le soleil est absent, or l’électricité est difficilement stockable.

Projet du pont Victoria sur la Tamise, recouvert de panneaux solaires (© actinnovation)

Projet du pont Victoria sur la Tamise, recouvert de panneaux solaires (© actinnovation)

Enfin, on cherche des énergies vraiment nouvelles telles que l’énergie atomique ou les piles à hydrogène. Mais la dernière innovation dont on parle beaucoup serait le biocarburant composé d’alcool ou d’huile végétale. Enfin innovation … pas tout à fait puisque le premier moteur fonctionnant à l’huile d’arachide daterait de 1890. Néanmoins, ce type de carburant serait moins polluant puisque le dioxyde de carbone CO2 produit par le moteur serait compensé par celui absorbé par la plante d’origine lors de la photosynthèse.


En bref, en attendant le générateur de fusion écolo et portable marchant avec le contenu de votre poubelle et permettant de faire voler votre voiture, de préférence une De Lorean, comme dans « retour vers le futur »,  la bonne nouvelle est que l’huile de notre salade pourrait très bien nous aider à propulser notre véhicule , sans modification du moteur.  Malheureusement il paraît peu réaliste que les toits de Notre Dame soient couverts de cellules photovoltaïques ou que  Paris  soit hérissée de moulins à vents  pour générer l’électricité nécessaire pour allumer la guirlande électrique de notre sapin … Et si cette année nous fêtions Noel à la bougie ?
 

 

commentaires

beatrice 30/01/2007 20:50

A l'heure ou le groupe d'experts intergouvernemental sur l'evolution du climat (GIEC) se reunissent, on peut toujours faire un geste pour la planète : http://www.lalliance.fr/5mn de repit pour la planète...  pour attirer l'attention sur le gaspillage... et pendant ces 5mn , on pourra en effet utiliser les bougies en pure cire d'abeille ;))

Lachilaouet 19/01/2006 23:12

"Et si cette année nous fêtions Noël à la bougie?"
D'accord, si la bougie est en pure cire d'abeille. Sinon, elle est fabriquée à base de produits pétrochimiques, issus d'énergies fossiles... :-)

Chantal 15/12/2005 17:13

Intéressant votre site, Bonne continuation...Bonne Journée

Martin Seller 14/12/2005 19:30

Un lien en or sur notre futur énergétique et climatique: http://www.manicore.com [à lire sans modération.

Rem: le site ne paye pas de mine, mais en est une...

P.-S. Castalien, heureux de vous lire à nouveau, merci.

Haut de page