Tour de Babel & science

par Béatrice 11 Novembre 2005, 23:00 Sapientia

Pieter Brueghel l'Ancien, circa 1563, huile sur panneau de bois (source : Wikimedia)

Pieter Brueghel l'Ancien, circa 1563, huile sur panneau de bois (source : Wikimedia)

Nous utilisons quotidiennement des milliers de mots : pour dire bonjour à sa boulangère, pour échanger des heures durant avec son meilleur ami à l’aide du fameux portable (devenu pour beaucoup aussi indispensable que l’oxygène de l’air) ou même pour écrire à son inspecteur des impôts préféré…

(Notre monde est une véritable tour de Babel puisqu’il existerait près de 7000  langues parlées dans le monde à l’heure actuelle… ce qui ne facilite pas toujours les échanges. Et notre français ne serait que la 12ème langue parlée dans le monde avec 77 millions de personnes la pratiquant, bien loin du chinois mandarin avec ses 885 millions d’adeptes).

Ce langage que nous utilisons est au service de notre pensée. Et en conséquence, la science et le langage sont étroitement liés :

Nous ne pensons qu’avec le secours des mots ; que les langues sont de véritables méthodes analytiques ; que l’algèbre la plus simple, la plus exacte & la mieux adaptée à son objet de toutes les manières de s’énoncer, est à-la-fois une langue & une méthode  analytique ; enfin que l’art de raisonner se réduit à une langue bien faite.

Abbé de Condillac

Les sciences ont fait des progrès parce que les philosophes ont mieux observé et qu’ils ont mis dans leur langage la précision et l’exactitude qu’ils avaient mises dans leurs observations ; ils ont corrigé la langue et l’on a mieux raisonné.

Gergonne

 

Puisque la pensée et les concepts sont liés au langage, la science perfectionne nécessairement le langage courant. La science offre au langage  également un cadre plus précis : le langage formel. L’exemple le plus connu est le langage formel mathématique. Il permet de lever toute ambigüité dans une proposition, il permet également de faciliter la communication entre scientifiques de nationalités différentes. Il  est enfin possible de traduire un texte du langage de tous les jours en langage mathématiques, en suivant des codes précis.

 

 


Là où ça coince, c’est lorsque le scientifique doit quitter son langage formel pour faire partager ses idées au plus grand nombre. L’exemple le plus frappant est cette fameuse mécanique quantique, qui décrit le monde de l’infiniment petit inaccessible à nos 5 sens limités et dont le comportement semble si éloigné du monde dans lequel nous vivons (le monde macroscopique). Et nous avons parfois l’impression qu’ils parlent chinois… !? D’ailleurs les physiciens eux-mêmes buttent sur le problème de la traduction de toutes les données collectées sur ce monde subatomique afin de construire une vision cohérente du monde réel … (voir science et vie d’octobre 2005)

 

 

 

 

Le mot doit faire naître l'idée ; l'idée doit peindre le fait : ce sont trois  empreintes d'un même cachet ; et, comme ce sont les mots qui conservent les idées et qui les transmettent, il en résulte qu'on ne peut perfectionner le langage sans perfectionner la science, ni la science sans le langage, et que, quelque certains que fussent les faits, quelque justes que fussent les idées qu'ils auraient fait naître, ils ne transmettraient encore que des impressions fausses, si nous n'avions pas des expressions exactes pour les rendre.

Laurent Antoine Lavoisier

 

Le langage que nous employons tous les jours est une symbolisation d’idées et d’objets. Il est formé de mots  qui constituent ce qu’on nomme le vocabulaire. Le choix de ces mots est arbitraire : il n’y a aucun lien entre le concept et la forme : par exemple le signe « chien » ne ressemble en aucun cas à l’animal.  Il en est de même en chimie par exemple.

Pour décrire les rares éléments chimiques connus à l’époque (plomb, or, fer, etc.) et un certains nombres de produits chimiques (vitriol, borax etc.), les alchimistes ont longtemps utilisé des formes géométriques ou des symboles obscurs.

La découverte de l’atome constituant ces éléments chimiques a tout bouleversé. Début XIXème siècle, les atomes furent représentés en premier lieu par des cercles par Dalton. Berzelius proposa le premier la notation symbolique qu’on utilise de nos jours (H pour l’élément hydrogène, O pour l’oxygène ; ils forment H2O l’eau).

Mieux, Hoffmann s’inspira du sport national anglais : le cricket pour expliquer la structure tridimensionnelle des molécules. Chaque atome est symbolisé par une balle de cricket d’une couleur donnée : le blanc pour l’hydrogène, le rouge pour l’oxygène, le noir pour le carbone, etc Des bouts de bois reliant entre elles les boules symbolisèrent les liaisons entre les atomes.

Illustration de la démonstration de Hoffman au Royal Institution of Great Britain en 1865 (dans l'ordre : méthane, éthylène, dichloroéthylène)

Illustration de la démonstration de Hoffman au Royal Institution of Great Britain en 1865 (dans l'ordre : méthane, éthylène, dichloroéthylène)

 

Cette vision symbolique influe sur notre vision de la matière, et souvent nous oublions qu’il s’agit d’une représentation simpliste et commode. Une molécule n’a rien à voir avec des balles de crickets reliées par des bâtons ! Et la mécanique quantique, encore elle, est là pour nous le rappeler.

Encore mieux, Kékulé a trouvé la structure circulaire du benzène lors d’un rêve où il était question d’un serpent se mordant la queue. A l’occasion d’une soirée bière rendant hommage à cette découverte, la convention des naturalistes et médecins allemands représentèrent les atomes de carbones de la molécule de benzène par  des singes. Les pattes des animaux symbolisant les liaisons. De l’humour de chimiste sans doute…

Singes en cercle, extrait de 'Berichte der Durstigen Chemischen Gesellschaft' (1886)

Singes en cercle, extrait de 'Berichte der Durstigen Chemischen Gesellschaft' (1886)

Il est néanmoins intéressant de noter que le symbole chimique (C pour carbone) ou les boules de cricket (noires en l’occurrence pour le carbone) peuvent être remplacées par n’importe quel symbole (ici des singes) .Cela ne change pas le sens du message : la molécule reste circulaire et formée de 6 atomes de même nature. Tout est donc question de convention…

 

 

C'est quand les accents graves tournent à l'aigu  que les sourcils sont en accent circonflexe.

Pierre Dac

 

  • A lire : Les cahiers de science et vie - décembre 1997

 

 

 

commentaires

Anne Lucie 19/11/2005 13:22

Amoureux des mots, je vous propose quelques perles que j'ai dénichées dans un livre d'un certain Marc Escayrol (Mots et Grumots) :

APRES :

Pendant de l’avant

BONHEUR : Sensation de bien-être qui peut conduire à l’imprudence. Si vous nagez dans le bonheur, il est conseillé de rester là où vous avez pied

HAÏR : Synonyme du verbe être dans les régimes fascistes, puisqu’on n’y apprend pas "je suis, tu es" mais "je hais, tu suis"

CRITIQUE DE LA RAISON PURE : Théorie du philosophe Kant selon laquelle la raison est un instrument de pensée tellement puissant qu’elle ne doit pas être utilisée pure, mais toujours être mélangée à de l’eau avant emploi

HANTÉ : Lieu à éviter. Mieux vaut habiter une maison en L qu'un château hanté

POÈTE : Ecrivain au destin souvent maudit, qui finit forcément mangé par les vers


Bravo à Castalie, continuez à nous cultiver...

celine [Palmito] 17/11/2005 11:12

superbe article tres complet et extrement interessant..

merci de cet apport d'informations..
j;aime aussi bcp le style du site..

biz
celine -

lobita 15/11/2005 13:18

article impressionnant pour sa richesse. Nulle en math comme je l'ai toujours été, le carré du binome est déjà quelque chose d'assez chinois et obscur pour moi, donc allez-y sans crainte.

Devotionall 14/11/2005 17:49

Mettre en équation le langage? ça vire mystique?

Nemo 14/11/2005 16:18

je sais pas pourquoi mais ton article me rappel le lycee

ChrystÚle 13/11/2005 00:17

D'accord avec Jonathan, magnifique article !

Jonathan 12/11/2005 09:30

Un seul commentaire : bravo et merci Béa !

Haut de page